putsch


putsch

putsch [ putʃ ] n. m.
• 1921; all. Putsch « échauffourée »
Soulèvement, coup de main d'un groupe politique armé, en vue de prendre le pouvoir. pronunciamiento (cf. Coup d'État). Hitler « tenta un putsch avec l'aide de Ludendorff : ce fut la révolution manquée du 8 novembre 1923 » (Bainville). Des putschs.

putsch, putschs nom masculin (allemand Putsch) Coup d'État militaire. ● putsch, putschs (difficultés) nom masculin (allemand Putsch) Orthographe Attention au groupe -tsch. - Plur. : des putschs. Prononciation [&ph100;&ph105;&ph104;ʃ], le u se prononce ou comme dans bouche (le mot putsch est d'origine allemande). ● putsch, putschs (synonymes) nom masculin (allemand Putsch) Coup d'État militaire.
Synonymes :

putsch
n. m. POLIT Coup de force effectué par un groupe armé, en vue de prendre le pouvoir. Des putsch ou des putschs.

⇒PUTSCH, subst. masc.
Soulèvement opéré par un clan militaire ou un groupe politique armé pour s'emparer du pouvoir par la force. Synon. coup d'état, pronunciam(i)ento. [Le grand reporter] s'occupe d'une manière générale de toute information que son journal peut considérer comme sensationnelle, depuis l'assassinat d'un chef d'état jusqu'à l'inondation d'une région en passant par le putsch manqué ou réussi d'un général (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 110). Nous voyons les affaires civiles et militaires dans un état d'anarchie dont certains énergumènes, ou intrigants, ou dévots de Vichy, ou même agents de l'ennemi, profitent pour pratiquer le sabotage et créer, à tout moment, une atmosphère de « putsch » (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 494). Dorénavant les socialistes français épousent la thèse soviétique sur les événements de 1956, sinon dans sa version officielle et indélicate (« putsch fascisto-impérialiste ») du moins dans celle, plus pudique, que J. Kadar a l'habitude de chuchoter à l'oreille de ses visiteurs particulièrement distingués (« Malentendu. Simple malentendu entre le peuple et nous ») (Le Nouvel Observateur, 16 août 1976, p. 24, col. 3).
Prononc. et Orth.:[]. Plur. des putsch, des putchs (ROB. 1985). Prop. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971, p. 290: un putch, plur. des putchs. Étymol. et Hist. [1921 (Trad.: LÉNINE, La Maladie infantile du communisme, p. 128 [Bibl. communiste] ds QUEM. DDL t. 26: la question du « Putsch » (émeute) militaire de Kapp-Luttwitz)]; 1925 (E. VERMEIL, L'Allemagne contemp., p. 133 [Alcan], ibid.). All. Putsch, de même sens, empr. à l'além. Putsch « id. », d'abord « coup, action de pousser », d'où « mouvement en avant (vers un obstacle, pour entreprendre quelque chose) », d'orig. onomat. (Trübner; KLUGE20).
DÉR. Putschiste, subst. masc., adj. (Celui) qui participe à un putsch ou en est partisan. Général putschiste. Les putschistes qui s'emparèrent du pouvoir tentent de sortir de l'impasse politique dans laquelle ils se trouvent (Le Monde, 29 juin 1968 ds GILB. 1971). []. 1re attest. 1920 FROSSARD, in Le Congrès de Tours, p. 519 [Éd. soc.] ds QUEM. DDL t. 25; de putsch, suff. -iste.
BBG. — DUB. Dér. 1962, p. 46 (s.v. putschiste). — QUEM. DDL t. 15 (s.v. putschiste).

putsch [putʃ] n. m.
ÉTYM. V. 1925; mot all., proprt « échauffourée »; d'abord employé en parlant des pays de langue allemande.
Soulèvement, coup de main d'un groupe politique armé, en vue de prendre le pouvoir. État (supra cit. 123, coup d'État), pronunciamiento. || Des putsch, des putschs. || Un putsch fasciste.
0 Après l'occupation de la Ruhr par les Français (…) beaucoup d'Allemands pensèrent que seule une transformation radicale (…) pourrait refaire de leur pays une grande nation. Hitler crut le moment venu. Il tenta un putsch avec l'aide de Ludendorff : ce fut la révolution manquée du 8 novembre 1923, où périrent dix-huit de ses partisans, les premiers « martyrs » du national-socialisme (…) auxquels est dédié Mein Kampf.
J. Bainville, les Dictateurs, Hitler.
DÉR. Putschiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Putsch — Sm std. (19. Jh.) Stammwort. Ursprünglich schweizerisches Wort mit der Bedeutung Stoß, Zusammenprall . Im 19. Jh. (wohl spöttisch) übertragen auf einen plötzlichen Volksaufstand (Zürcher Putsch 1839); dann Bezeichnung für die aufständischen… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • putsch — putsch; putsch·ism; putsch·ist; …   English syllables

  • putsch — s.m.inv. ES ted. {{wmetafile0}} TS polit. colpo di stato militare, spec. di estrema destra {{line}} {{/line}} DATA: 1905. ETIMO: dal ted. Putsch propr. colpo, spinta , da una voce dial. svizzera …   Dizionario italiano

  • Putsch — /putʃ/ (o, all ital., putsch) s.m., ted. [voce di origine dial. svizz. (propr. spinta, colpo ), di formazione onomatopeica]. (polit.) [sedizione e sovvertimento dell ordine statale effettuato da gruppi politici armati] ▶◀ colpo (di stato), golpe …   Enciclopedia Italiana

  • putsch — [putʃ] n [Date: 1900 2000; : Swiss German; Origin: knock, hit ] a secretly planned attempt to remove a government by force ▪ the communist putsch …   Dictionary of contemporary English

  • putsch — s. m. Sublevação de um grupo político armado.   ‣ Etimologia: palavra alemã Putsch …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Putsch — Putsch: Der Ausdruck für »politischer Handstreich« stammt aus der Schweiz, und zwar wurde er nach den Schweizer Volksaufständen der 1830er Jahre in die Allgemeinsprache aufgenommen. Das Wort ist identisch mit dem seit dem 15. Jh. bezeugten… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Putsch — (ursprünglich Schweizerdeutsch), Lärm, revolutionärer Auflauf …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Putsch — Putsch, Wort der Züricher Mundart, das einen unerwarteten, rasch vorübergehenden Aufstandsversuch bezeichnet, wurde namentlich durch den »Zürichputsch« von 1839 verbreitet. Vgl. den Roman »Meister P. und seine Gesellen« von Alfred Hartmann… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Putsch — Putsch, unerwarteter, aber rasch gedämpfter Aufstand; stammt aus der Bewegung in Zürich 1839 …   Kleines Konversations-Lexikon